gratuitement

Bienvenue sur mon blog

5 avril, 2009

Le gouvernement face à une nouvelle semaine de pression sociale

Classé dans : journal actualitas — gratuitement @ 13:56

Le gouvernement face à une nouvelle semaine de pression sociale – MSN Actualités – Actualités Rechercher sur le web : REUTERS – dimanche 29 mars 2009, 12h35 Le gouvernement face à une nouvelle semaine de pression sociale Le gouvernement face à une nouvelle semaine de pression sociale (© REUTERS2009) © REUTERS2009 par Clément DossinPARIS (Reuters) – Le gouvernement français s’apprête à vivre une nouvelle semaine de tensions sociales sur fond de grogne des syndicats, de colère du monde de l’éducation et de polémiques croissantes sur les rémunérations des dirigeants.Lundi, les huit organisations syndicales (CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA et CGC) à l’origine des journées d’action interprofessionnelle des 29 janvier et 19 mars se retrouvent pour décider des suites à donner au mouvement social.Après avoir fait descendre 1,2 à 3 millions de personnes dans la rue le 19 mars, les syndicats, qui continuent de proclamer leur unité et peuvent compter sur le soutien de 57% des Français (sondage Ifop pour Sud-Ouest), devraient annoncer à cette occasion la date d’une nouvelle journée de mobilisation.L’enjeu est de savoir s’ils décideront d’agir avant le 1er mai, jour de la fête du Travail, qui s’annonce quoi qu’il en soit comme un nouveau temps fort dans la mobilisation sociale.Les syndicats continuent d’appeler à un changement de cap de la politique gouvernementale: ils réclament une hausse des salaires pour soutenir la consommation et demandent la suspension des suppressions de postes dans la fonction publique.Sans exclure de nouvelles mesures de soutien à l’activité, l’exécutif a décidé de temporiser pour mesurer les effets du plan de relance de 26 milliards d’euros annoncé le 4 décembre et des 2,8 milliards d’euros débloqués à l’issue du sommet social du 18 février.Mais sa volonté de se donner du temps se heurte à l’aggravation du climat social, à une montée en flèche du chômage – 79.900 demandeurs d’emplois en plus en février – et aux difficultés de nombreuses entreprises.JOURNÉE DE MOBILISATION DANS L’ÉDUCATIONMardi, Nicolas Sarkozy, flanqué du ministre du Travail Brice Hortefeux, du secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, Laurent Wauquiez, et du Haut Commissaire aux solidarités actives et à la jeunesse, Martin Hirsch, ira à Châtellerault, dans la Vienne, pour un déplacement « sur le thème des mesures prises pour répondre à la crise ».Devenus les symboles de cette crise, le millier de salariés de l’usine Continental de Clairoix, dans l’Oise, promise à la fermeture en 2010, suivront le même jour d’un oeil inquiet le comité central d’entreprise.Par mesure de sécurité, la direction a décidé de déplacer la réunion de Reims à Nice pour éviter des incidents similaires à ceux qui s’étaient produits lors du dernier CCE, le 16 mars, lorsque les représentants de la direction avaient reçu des oeufs lancés par des salariés.Dans ce contexte de tension sociale, le débat sera dominé en début de semaine par la réponse du gouvernement face à la polémique sur les bonus et rémunérations versés par à leurs dirigeants par des sociétés qui licencient ou bénéficient du soutien de l’Etat en pleine crise économique.Les révélations sulfureuses se sont accumulées ces derniers jours, la Société générale, Valeo, Cheuvreux, filiale en courtage du Crédit Agricole, et Natixis étant tour à tour montrés du doigt.Face à l’indignation nationale, François Fillon a confirmé vendredi la volonté du gouvernement d’émettre un décret interdisant les stock-options et les bonus dans les entreprises aidées par l’Etat.Mais le gouvernement pourrait opter pour la voie législative si le décret se révélait juridiquement impossible en apportant un amendement à la loi de finances rectificative.Eric Besson, ministre de l’Immigration, a indiqué dimanche sur Europe 1 que le décret serait pris « lundi ou mardi ».Invité de Radio J, François Hollande a estimé de son côté qu’il fallait une loi et non un décret pour interdire « les stock-options qui ont donné lieu ces dernières années à tant d’abus et tant de scandales ».Par ailleurs, la journée de jeudi sera un test important pour le mouvement de grogne dans les universités alors que la mobilisation, amorcée début février, semble marquer le pas.Des manifestations sont en effet prévues dans toute la France pour dénoncer la politique éducative du gouvernement, « de la maternelle à l’université ».Edité par Pascal Liétout Noter cet article:

Source: http://news.fr.msn.com/article.aspx?cp-documentid=15517443

Laisser un commentaire

 

lacannedegrandpere |
Referencement Internet: Le ... |
simpls |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | FUN-COOL!!
| agenced2m
| Le référencement